Trans-sud-América 2017

Trans-sud-América 2017

Mardi 29 août,

Bonjour à tous,

Nous voilà sur le départ pour la suite et fin de l'aventure Sud-Américaine. Après 6 mois de repos à attendre que la fenêtre météo soit la plus favorable sur tout le parcours sommes enfin prêts.
 
Nous prenons l'avion demain de Montpellier pour Paris puis Buenos Aires. avec un vol de nuit de 11 heures.
 
En arrivant nous devrons rejoindre le Toyota qui est gardé en sécurité chez Sandra à Colonia en Uruguay. Donc en arrivant en Argentine nous irons directement sur le port de Buenos Aires pour prendre un ferry pour nous rendre en Uruguay puis rejoindre Colonia pour récupérer le 4X4;
 
Dans la première partie du raid nous avons fait un peu plus de 23.000 km donc la voiture à besoin d'une sérieuse révision et d'un changement du blocage du différentiel arrière (pour les amateurs !!!) Nous ferons faire la révision à Rocha toujours en Uruguay où nous connaissons un garage qui j'espère pourra nous faire le travail sérieusement.
 
Il nous reste à fermer les valises et à se coucher tôt car les 48 prochaines heures vont être longues et sans beaucoup de sommeil.
*******

Jeudi 31 août - 16h

Après 11.800 km et 13h20 de vol, nous voici arrivé  à Buenos Aires avec une température de 3 degrés !!! nous avions réservé un taxi depuis la France qui nous attendait à l'arrivé pour nous conduire sur le port où nous attendons pour l'instant le bateau pour Colonia en Uruguay que nous rejoindrons après 1 heures de traversée du Rio Plata.

Une fois arrivé, nous irons chercher la voiture en espérant qu'elle redémarre facilement, après plus de 7 mois de repos...Après la remise en route effectuée, nous prendrons la route pour 400 km pour Rocha comme destination que nous atteindrons dans la nuit.

Pourquoi la ville de Rocha ? Parce que nous y connaissons un petit garage spécialiste des Toyota où nous ferons la grosse révision du HDJ.

Pour le moment nous attendons d'embarquer.

Jeudi 31 août -vendredi 1 septembre 2h15

Journée très mouvementée et très très longue...

Une fois arrivé chez Sandra pour récupérer la voiture, petit amorçage à la main de la pompe à gasoil et au premier coup de clef démarrage de la bête, tout s'annonçait bien ; jusqu' à que l'on s'aperçoive que des rats des champs avaient squatté le coffre arrière de la voiture pendant l’hiver ! Résultat : beaucoup de dégâts et une odeur d'urine très forte et tenace. Nous n'avons pas pu tout récupérer; comme par exemple la moustiquaire, donc pas terrible pour nos futurs bivouacs en forêt ou au Pantanal !

Après donc un gros nettoyage, nous avons pris la route en direction de Rocha, nous nous arrêtons dîner dans un petit bistrot bien local, mais au moment de repartir plus de contact.Des clients du resto sont venus à notre aide sans grand succès ; ils ont poussé le lourd 4X4 sur la route et appelé une dépanneuse...à notre grande surprise les dépannages sur routes nationales  sont gratuits en Uruguay. Le dépanneur a trouvé la panne : des fils de de batterie usés jusqu' à la corde avec les vibrations de l'auto. Il a pu faire une réparation de fortune, en attendant de faire une soudure demain à la révision.

Enfin, vers 2h15 du matin ce vendredi, nous sommes bien arrivé chez l'habitant pour dormir, après les rats, la panne, les 400 km et les 6 heures de route...

Nous devons être à l'ouverture du garage tout à l'heure à 8 h,  pour l'indispensable révision du 80 qui en a bien besoin....

Dépannage gratuit au bord de la Routa 1Dépannage gratuit au bord de la Routa 1

Dépannage gratuit au bord de la Routa 1

Après une très courte nuit de 4 heures , le 80 est enfin au garage en révision, nous devrions le récupérer demain midi.

Nous en profitons pour faire relaver mes vêtements au pressing pour se débarrasser de cette odeur d'urine de rat.

Rocha n'est pas une ville très intéressante, rien ne s'y passe vraiment...

Ce soir une vraie nuit en perspective.

*******

Samedi 2 septembre

 

 

Notre dernier Asado uruguyen
Notre dernier Asado uruguyen

Notre dernier Asado uruguyen

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

Voilà un HDJ 80 révisé et prêt à affronter les routes et pistes brésiliennes. Notre ami Machado le garagiste Toyota de Rocha, nous a rendu la voiture vendredi à 19h.

Pour les connaisseurs : il a changé tous les silents blocs, des barres stabilisatrices, changer le moteur de blocage arrière, vidange moteur, changements filtre à air, à gasoil et à huile, souder les câbles électriques usés par les vibrations, changé les attaches capot moteur ; et tout ça pour 385 US...Incroyable non ?

*******

Dimanche 3 septembre

10h30, viva el Brazil...
ça y est, nous sommes en terre brésilienne et prenons la route plein nord par la BR 471 ;
à la frontière, nous avons rencontré un couple d'Allemands en Unimog avec comme passager un chien ; ils arrivent du Canada  par la route..

 

*******

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

Dimanche 3 septembre, 13h


Après avoir traversé la frontière, nous avions le choix pour remonter vers le nord :


soit de rouler sur la plage, soit de passer par l'intérieur.

Rouler sur la plage ne me tentait pas trop, alors nous avons emprunté la BR571, et nous ne l'avons pas regretté...

Nous avons vu des paysages identiques à ceux du Pantanal, c'est à dire très marécageux, ainsi qu'une faune incroyable: Tortues, Cigognes, Capivaras et une multitude d'oiseaux.

Nous avons traversé le parc du Taïm, le midi arrêt déjeuner sur la plage du lac de Merim.

Aujourd'hui, nous avons rouler environ 550 Km et sommes ce soir à Porto Alègre capitale de l'état de Rio Grande do Sul, nous y resterons 2 jours pour visiter la ville et surtout pour y faire le ravitaillement et trouver une solution pour le gaz car notre bouteille est pratiquement vide et les embouts de bonbonnes de gaz  européennes nz sont pas compatibles à ce que l'on trouve ici en Amérique du Sud.

*******

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

Lundi  4 septembre,


Journée consacrée au ravitaillement et au bricolage sur la voiture ; Porto Alègre n'est pas la ville la plus attirante du Brésil...

Ce soir, nous nous sommes offert notre première Caïpirinha brésilienne.

Demain, nous continuerons notre remontée vers le nord.

*******

Mardi  5 septembre,


Nous avons quitté Porto Alègre ce matin, après avoir fait le plein de 160 litres d'eau potable dans le réservoir.

Sommes tranquilles pour le moment, la balade d'aujourd'hui a durée 10 heures pour 390 Km ; entre Porto Alègre et Gramado on se croyait sur les routes petites montagnes de Bavière. très belle route, très sinueuse, bordée de sapins. nous avons déjeuné à Gramado, ville surprenante ; la vraie carte postale d'un village bavarois avec ses grandes maisons en bois.

Ici le chocolat est roi, avec de très belles boutiques d'articles de cuir de grande qualité à des prix vraiment intéressants. Nous avons continuer la route en traversant la région des vin de Caxias Do Sul et sommes ce soir à Lages, ville sans intérêt sur la BR116 ; car nous ne pouvions atteindre ce soir florianopolis où nous passerons la journée de demain mais qui se trouve encore à 250 Km...

*******

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Aujourd'hui, jeudi 7 septembre c'est

Aujourd'hui, jeudi 7 septembre c'est

Le Jour de l'Indépendance (Dia da Independência ou Dia da Pátria en portugais), également connu sous le nom de "7 Septembre", est la fête nationale de la République du Brésil. Elle a été instaurée par loi en 1949 en référence au 7 septembre 1822, date de la déclaration d'indépendance du Brésil.

Durant trois siècles, du XVIe au XIXe siècle, le Brésil était une colonie portugaise. En 1820, le roi João VI regagne précipitamment le Portugal, alors en pleine révolution, et confie la régence à son fils Pedro 1er de Simplício Rodrigues de Sá

élevé au Brésil, il y est très attaché, plus sensible à la cause du Nouveau Monde qu’à celle de l’Europe, il se range donc aux côtés des indépendantistes. Souhaitant éviter la montée des revendications et la violence, il décide très rapidement de proclamer lui-même l’indépendance du pays. C’est chose faite le 7 septembre 1822, à São Paulo, sur les bords du fleuve Ipiranga. La phrase qu’il prononça, "l’indépendance ou la mort", est restée une expression célèbre, symbole de cet événement. Nommé Empereur Pedro 1er, il est couronné à Rio en décembre 1822, mais ce n’est qu’en 1825 que son père, le roi João VI, reconnaîtra l’indépendance du pays. Entre temps, le 25 mars 1824, autre date historique du pays, la première constitution brésilienne entre en vigueur par décret impérial.

 le Brésil créé et colonisé par les Portugais est le plus vaste et le plus peuplé pays d'Amérique Latine, Il est aussi la seule contrée du continent à parler le Portugais. Très urbanisé (84 %), principalement catholique, 6e puissance économique mondiale (2011), le Brésil est une République Fédérale dont la Capitale Administrative est Brasillia.

*******

Trans-sud-América 2017

Mercredi  6 septembre,

Aujourd'hui, route vallonnée à travers la forêt, nous avons traversé beaucoup d'exploitations forestières.
En se rapprochant de Florianopolis, nous ne comprenions pas pourquoi ces énormes embouteillages ne sachant pas que nous étions la veille d'un grand weekend... En effet, demain jeudi 7 septembre est le jour de l'indépendance au Brésil et l'île est pleine à craquer. Nous pensions y passer 2 jours, mais plus de chambre d'hôtel ou de camping disponible ; nous reprendrons donc la route demain.

Pour ce soir mon copilote a trouvé un charmant chalet à 17€ la nuit... La vie au Brésil est décidément beaucoup moins chère qu'en Argentine, Chili ou même en Uruguay. Par exemple le litre de gasoil est à 095€ et de la super viande chez un boucher à moins de 8€ le kilo ; nous avons acheté 2 mangues et 500 gr de tomates pour 1,50€. Par contre nous n'avons toujours pas trouvé de solution pour changer notre bouteille de gaz qui n'est pas compatible et avec les 4 prochains jours fériés, nous avons peu de chance de trouver...

 

*******

Jeudi 7 septembre,

nous avons quitté Florinopolis ce matin pour arriver ce soir à Campo Largo après 390 Km de route côtière en évitant la ville de Curitiba difficile de circulation et où se loger avec notre camion n'est pas toujours facile. Encore deux jours de route pour arriver au Mato Grosso.

Maintenant que nous sommes plus au nord, il fait moins froid et le temps devient agréable ; ce soir c'était brochette sur le trottoir, le genre de dîner que nous apprécions souvent pleines de rencontres  et d'enseignements.

*******

Vendredi  6 septembre,

à Cascavel.


Ce matin, nous avons pris la route pour une longue journée de liaison...Destination prévue : Cascavel à environ 500 Km. où nous sommes arrivés ce soir ; au moment de choisir un endroit pour dormir nous choisissons l'option Motel à 99R$ soit 33€ petit déjeuner compris.

C'est en arrivant devant l'établissement que nous avions réservé que nous avons compris la différence entre les Motels au états unis et les Motels brésiliens : les Motels au Brésil sont réservés aux couples et assurent une totale discrétion, ce que nous n'avons pas compris tout de suite...

Tu arrives devant une grande porte en fer, tu demandes la clef à l'interphone, on te glisse la clef dans un tiroir, la porte s'ouvre et tu accèdes à une petite maisonnette sans fenêtre, ni porte, mais avec une grande entrée de garage où tu rentres ton auto et du garage tu accèdes à l'appartement. La déco est plutôt sexy et les accessoires sans équivoque ; et tu peux te faire livrer des repas par une petite trappe. Le lendemain, tu payes et repars toujours sans voir, ni croiser personne... Voilà le Brésil c'est aussi ça....

*******

Samedi 9 septembre


17h48, juste devant nous à un contrôle routier de police sur la route ; un policier a sorti son arme et tiré en l'air pour faire stopper un véhicule qui a pris la fuite...C'est ça aussi le Brésil...

Nous sommes maintenant à 120 Km au sud de Campo Grande,

le HDJ a fait aujourd'hui ses 530 Km sans souci.

Nous avons enfin trouvé une solution pour le gaz : j'ai dû bricoler une adaptation, car les diamètres des tuyaux brésilien ne sont pas les mêmes qu'en Europe ; donc soit je mettais un tuyau brésilien et je pouvais mettre une bouteille brésilienne mais je ne pouvais pas connecter les brûleurs ou je gardais le tuyau européen et je pouvais relier le brûleur mais pas la bouteille !!!

Après avoir fait un long " réfléchissement" j'ai bidouillé une solution ;mais  il faut avouer que le gars à qui nous avons acheté la bouteille était très inquiet sur nos chances de survie avec une telle installation....Si _ça tient jusqu' à Cayenne, je dépose le brevet !

De plus la bouteille étant plus grosse elle ne tient plus dans le coffre et se retrouve dans la travée centrale...Sa va être chaud sur les pistes du Pantanal ! ! !

Promis demain à la lumière du jour, je vous envoies des photos.

Ce soir, nous avons encore dîner dans un de ces petits " Bouï-bouï  de rue " que nous aimons tant...C'est ça aussi le Brésil.

*******

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

dimanche 10 septembre

12h10, ça y est nous sommes au Pantanal sud ; nous avions fait le Pantanal nord dans la première partie du raid. Nous allons prendre le temps dans cette région pour profiter de la flore et de la faune. Très peu de chance d'avoir internet les prochains jours pour donner des nouvelles... nous devrions être cet après midi au alentour de Miranda par la BR262.

Ce soir, se sera camping à la ferme, si le Pantanal est une région unique pour ceux qui aiment les animaux hors du commun : tout y est hors de prix et en particulier l'hébergement.

Nous sommes à Fazenda Miranda Ranch Lua à 15 Km avant Miranda, ici plein d'oiseaux et notamment des toucans et autres volatiles inconnus au bataillon dans un joli cadre avec une belle piscine au milieu de la nature.

*******

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017


Le Pantanal

le plus beau marais du monde. Ce paradis écologique du Brésil, grand comme un tiers de l’Hexagone, est noyé sous les eaux pendant quatre mois de l’année.

C'est l'une des plus grandes zones humides de la planète et est situé dans le centre de l'Amérique du Sud, la majeure partie de son territoire forçant l'État brésilien de Mato Grosso do Sul et s'étend à l'état de Mato Grosso et des parties de la Bolivie et le Paraguay.  Considéré par la Réserve du patrimoine mondial et de la biosphère de l'UNESCO comme est l'un des écosystèmes les plus riches au monde en ce qui concerne la diversité des animaux avec de nombreuses espèces d'oiseaux, de reptiles, de poissons et les mammifères, y compris une population importante du plus grand félin des Amériques, l'Ounce peinte, ainsi que d'autres espèces rares et en voie d'extinction avec l'Araignée bleue, l'Ariranha et le Loup Guará. La végétation pantanaise forme une belle mosaïque constitué par la flore typique de plusieurs biomes brésiliens. Environ 80% des zones humides du Pantanal sont submergées pendant les saisons pluvieuses, alimentant une diversité biologique surprenante. C'est le paradis écologique au cœur du Brésil.

Comme promis voici en photos notre installation de gaz...Défense de fumer même en regardant les images....
Comme promis voici en photos notre installation de gaz...Défense de fumer même en regardant les images....
Comme promis voici en photos notre installation de gaz...Défense de fumer même en regardant les images....

Comme promis voici en photos notre installation de gaz...Défense de fumer même en regardant les images....

*******

Lundi 11  septembre 4h30 ce matin,

la nature se réveille et au Pantanal la nature est très bruyante... Le côté positif: 8 toucans autour de la voiture...

15h30, nous restons aujourd'hui à notre camping à la Fazenda Miranda et avancerons demain vers l'ouest certainement par la piste MS184.

*******

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

Mardi 12  septembre

Après un stop à Miranda pour le ravitaillement, nous avons repris la route et emprunté la magnifique piste MS 184 qui traverse les marais du Pantanal sur 120 Km avec ses 70 vieux ponts de bois. Nous camperons pour 2 jours au bord de la rivière à environ 20 Km de l'entrée de la piste.

*******

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

LA LOUTRE GÉANTE

Malheureusement en voie d’extinction malgré les mesures de protection la loutre géante Sud-américaine (Pteronura brasiliensis) est la plus grande espèce au monde.

Cette très belle loutre se rencontre essentiellement dans tout le bassin hydrographique de l’Amazone.

Contrairement à la plupart des loutres, cette loutre vit en groupe familial étendu regroupant une vingtaine d’individus.
Le groupe est formé d’un couple et de sa progéniture sur environ trois générations.

Excellente nageuse,elle possède des pattes larges et palmées, bien utile pour manœuvrer et se propulser dans l’eau.
Sa queue, recouverte de poils,lui sert  à la propulsion dans l’eau et comme gouvernail.

La couleur de la robe varie du marron clair au marron foncé. Le pourtour de sa truffe est couvert de poils.
Chaque individu possède une tache claire au niveau du cou qui est unique, comme nos empreintes digitales, et permet d’identifier chaque loutre.

Elle est également la plus bruyante des Loutres. Elle peut aboyer, feuler, éternuer, gémir ou hurler ; à cause de la chasse intensive, les individus dépassent rarement 2 m de long, queue comprise. Le poids varie de 25 à 40 kg. Le mâle est plus grand que la femelle. grand prédateur de l’Amérique du Sud. Cette loutre se nourrit de petits mammifères, de poissons ou d’oiseaux.
Elle poursuit les poissons qui frayent lentement jusque dans les forêts tropicales inondées, pendant la saison des pluies. Elle y reste quelques mois puis à la décrue des eaux, elle retourne aux affluents, ruisseaux et lacs peu profonds.


Autrefois, on trouvait des loutres de près de 2,50 m.

La chasse intensive liée à un taux de reproduction assez faible a conduit cette espèce sur la liste rouge des animaux en danger selon les critères de l'UICN (Union Internationale de Conservation de la Nature).

L’espèce a totalement disparu d’Argentine et du Paraguay.

Actuellement, en Guyane française, un projet est en cours pour tenter de sauver l’espèce. Ce projet élaboré par la SFEPM (Société Française pour l'Etude et la Protection des Mammifères) et par la CEPA (Conservation des Espèces et Populations Animales) se fait en collaboration avec les autres pays d’Amazonie.
La WWF a également entrepris une action de sensibilisation.

 

*******

Mercredi 13  septembre


Aujourd'hui, nous sommes resté camper au Jungle Loge pour un départ ce matin à 7h30 pour une balade en bateau sur la rivière ; nous avons vu: Jabirus, Jacarès, loutres géantes ( malheureusement en voix d'extinction) et une multitude d'oiseaux, mais pas le jaguar du Pantanal (tellement rare à observer).

Ici les moustiques ne piquent pas ils dévorent.... Nous avons donc passé le reste de la journée,  à essayer de les éviter.Venons de rencontrer une famille française de Nantes parti pour un an avec 3 enfants et qui voyage en camping car de l'Argentine au canada.

*******

 

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

Moustiques:

Le Pantanal étant une zone très humide, les moustiques sont très présents et particulièrement voraces. Nous essayons tous les produits et toutes les marques sans grand succès, aucunes n'étant vraiment efficaces ! Heureusement, il y a des heures d'attaques: le matin de 5h30 à 8 h et en journée à partir de 16h jusqu'à 19h30.

J'ai dû bricoler une moustiquaire pour l'arrière du camion, celle confectionnée par Dominique ayant fini dans le ventre des rats uruguayens ; nous ne parlerons pas des araignées...C'est un autre sujet. Et oui ça se mérite de vivre en communion avec Dame Nature...


Côté climat:

Si nous sommes arrivés à Buenos Aires avec 3 degrés, les premiers jours donc n'étaient pas chauds et les nuits étaient surtout très froides. Nous sommes maintenant à 20° sud, donc avec de grosses chaleurs tropicales.

Pour exemple aujourd'hui il fait 39° avec un taux d'humidité de 95%, cela explique aussi bien sur les moustiques, un vrai petit paradis pour eux.

*******

Recette de la Caipirinha
Un apéro Brésilien très populaire:

Pour une personne, prendre un citron vert, l’effiler et  le couper en petits morceaux, mettre dans un mortier avec une dose de Cachaça( rhum de canne brésilien), 2 cuillères à soupe de sucre en poudre et des glaçons écraser le tout avec un pilon, pour finir mettre dans un shaker et secouer vigoureusement Verser le tout dans un verre avec une rondelle de citron vert sur le bord.

Buvez...Apprécier...Puis allez vous coucher...

*******

Trans-sud-América 2017Trans-sud-América 2017

Jeudi 14  septembre


Nous avons quitté ce matin, notre camping de Jungle Lodge pour reprendre la piste MS 184.

Après 25 Km, nous avons trouvé un autre camping à la Posada Santa Clara, juste à quelques mètres du bord de la rivière Miranda. Comme c'est la saison creuse pas d'excursion possible, nous ne resterons donc qu'une seule nuit ici...

Nous faisons des petits sauts de puce, mais la région est tellement superbe...

Voyez plutôt...

*******

Pantanal Sud le 14 septembre 2017
Pantanal Sud le 14 septembre 2017
Pantanal Sud le 14 septembre 2017
Pantanal Sud le 14 septembre 2017
Pantanal Sud le 14 septembre 2017
Pantanal Sud le 14 septembre 2017
Pantanal Sud le 14 septembre 2017
Pantanal Sud le 14 septembre 2017
Pantanal Sud le 14 septembre 2017
Pantanal Sud le 14 septembre 2017
Pantanal Sud le 14 septembre 2017
Pantanal Sud le 14 septembre 2017
Pantanal Sud le 14 septembre 2017
Pantanal Sud le 14 septembre 2017
Pantanal Sud le 14 septembre 2017
Pantanal Sud le 14 septembre 2017
Pantanal Sud le 14 septembre 2017
Pantanal Sud le 14 septembre 2017
Pantanal Sud le 14 septembre 2017
Pantanal Sud le 14 septembre 2017
Pantanal Sud le 14 septembre 2017
Pantanal Sud le 14 septembre 2017
Pantanal Sud le 14 septembre 2017
Pantanal Sud le 14 septembre 2017
Pantanal Sud le 14 septembre 2017
Pantanal Sud le 14 septembre 2017
Pantanal Sud le 14 septembre 2017
Pantanal Sud le 14 septembre 2017

Pantanal Sud le 14 septembre 2017

Trans-sud-América 2017

vendredi 15  septembre


Nous quittons notre bord de rivière où nous étions seuls au monde. Bel endroit à conseiller ce camping Santa Clara, nous reprenons la piste en direction de Porto Do Mango juste un lieu dit au bord du Rio Paraguay.

Il fait toujours très beau, c'est vraiment la saison idéale pour visiter le Pantanal sud.

C'eseet le jour du poisson à la cantine...

Nous avons roulé jusqu’à Corumba  ville frontière avec la Bolivie sur une superbe piste encore aujourd'hui, dommage que les 30 derniers kilomètres étaient un peu cassants pour l'auto.

Nous avons demandé à mettre la voiture sur une barge pour remonter la rivière pendant 3 jours pour nous retrouver au Pantanal nord mais les conditions d'embarquement et de navigation étaient  trop précaires ;  nous avons préféré reprendre la route et retourner camper au bord du fleuve où nous étions il y a 2 jours à Jungle Lodge...Demain sera notre dernière chance d'apercevoir le si rare jaguar du Pantanal.

Ce soir le vent se lève très fort, heureusement nous devrions être à l'abri.

Après une semaine à vivre dans la poussière et se faire dévorer par les moustiques nous commençons à rêver d'une vraie nuit dans un vrai lit...

 

Pantanal Sud le 15 septembre 2017
Pantanal Sud le 15 septembre 2017
Pantanal Sud le 15 septembre 2017
Pantanal Sud le 15 septembre 2017
Pantanal Sud le 15 septembre 2017
Pantanal Sud le 15 septembre 2017
Pantanal Sud le 15 septembre 2017
Pantanal Sud le 15 septembre 2017
Pantanal Sud le 15 septembre 2017
Pantanal Sud le 15 septembre 2017
Pantanal Sud le 15 septembre 2017
Pantanal Sud le 15 septembre 2017
Pantanal Sud le 15 septembre 2017
Pantanal Sud le 15 septembre 2017
Pantanal Sud le 15 septembre 2017
Pantanal Sud le 15 septembre 2017
Pantanal Sud le 15 septembre 2017
Pantanal Sud le 15 septembre 2017
Pantanal Sud le 15 septembre 2017
Pantanal Sud le 15 septembre 2017
Pantanal Sud le 15 septembre 2017
Pantanal Sud le 15 septembre 2017
Pantanal Sud le 15 septembre 2017
Pantanal Sud le 15 septembre 2017
Pantanal Sud le 15 septembre 2017

Pantanal Sud le 15 septembre 2017

*******

Samedi 16 septembre

Nous nous sommes réveillés ce matin avec une grosse chute de température, nous sommes passés  de 39° à 17° au petit matin et ça ne devrait pas dépasser les 20° dans la journée. Le weekend arrive et les prix augmentent de 30 %.

Après un bon dépoussiérage de la voiture qui mériterait un plus gros nettoyage, nous quittons le Pantanal...ça commence à sentir le cirque Pinder dans le camion ; nous pensons arriver ce soir à Campo Grande où  nous dormirons 2 nuits ensuite nous choisirons notre itinéraire pour la semaine prochaine car rien n'est définitif pour l'instant notre seul impératif étant d'être le 27 à Goiàs pour retrouver mes grands amis et frères d'armes : Edna et Fernando pour un weekend de pêche en rivière , un projet de près de  20 ans mais cette fois sera la bonne ! Comme quoi tout arrive...

Pour l'instant  nous continuons à profiter du spectacle que le Rio Miranda nous offre.
Jour du poisson à la cantine...

Nous avons roulé jusqu’à Corumba  ville frontière avec la Bolivie sur une superbe piste encore aujourd'hui, dommage que les 30 derniers kilomètres étaient un peu cassants pour l'auto.

Nous avons demandé à mettre la voiture sur une barge pour remonter la rivière pendant 3 jours pour nous retrouver au Pantanal nord mais les conditions d'embarquement et de navigation étaient  trop précaires ;  nous avons préféré reprendre la route et retourner camper au bord du fleuve où nous étions il y a 2 jours à Jungle Lodge...Demain sera notre dernière chance d'apercevoir le si rare jaguar du Pantanal.

Ce soir le vent se lève très fort, heureusement nous devrions être à l'abri.

Après une semaine à vivre dans la poussière et se faire dévorer par les moustiques nous commençons à rêver d'une vraie nuit dans un vrai lit...

 

*******

22h29 :Changement de programme, trop difficile de quitter le Pantanal, alors nous allons tenter une grande transversale de 250 kilomètres à travers la nature pour rejoindre Rio Verde do Mato Grosso, depuis Aquidauana où nous préparons l'expédition pour demain.

Les guides locaux nous on dit que cette voix n'était pas praticable, donc nous devons prévoir assez de carburant, d'eau et de nourriture pour faire demi-tour mais sans non plus trop nous charger ni être trop  lourd sur la piste. Nous espérons faire les 250 Km  en 2 jours ; c'est un coin très reculé ou seuls passent  quelques agriculteurs de temps à autre.

Nous espérons voir une belle faune dans ce coin du Pantanal encore inconnu et devrions arriver à Rio Verde lundi soir.

Trans-sud-América 2017

Dimanche 17  septembre

IL est 9h et nous prenons la piste...

Nous avons pratiquement fini notre piste, après 255 Km de superbes paysages ; nous nous arrêtons ce soir à Quedas Sete.

Nous avons vu des Jaribus, des Emeus, Capivaras, un fourmilier et de nombreuses vaches et zébus.

L'état du Mato Grosso est un énorme producteur de viande. Je ne sais pas pourquoi les guides locaux nous avaient décrit cette piste comme trop difficile, à part 40 Km un peu fracassants pour nos vertèbres  et notre vieux camion, rien de terrible...ça se voit que ces guides n'ont pas fait le territoire des Kimberley en Australie avec mon tonton Jean-paul0 Bon c'est sur certains ponts de bois vieux comme le monde faisaient un peu peur à franchir000

Ce soir nous dormons aux pieds des cascades.

 

 

 

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

Voilà ce qu'on découvre chaque soir quand on ouvre les portes arrières :

2 kilos de sable et de poussière

à nettoyer  et avec les secousses

de la journée,

ça a un peu volé  à l'intérieur ;

ça rappellera des souvenirs à Dominique !


Après la route d'aujourd'hui, c'est mécanique et grand nettoyage.

 

Tinou, nous prépare le diner

Tinou, nous prépare le diner

LundiLundi 18 septembre, nous avons découvert ce matin, un endroit paradisiaque à 100 mètresde l'endroit où nous avions posé le camion hier soir.

Une énorme cascade et en bas un incroyable bassin avec une plage de sable fin blanc, déserte  avec des centaines de papillons ; par contre cet endroit se mérite: escalade obligatoire !

Nous resterons ici pour la journée et reprendrons la route demain.

Si certains veulent venir dans la région notez de ne pas louper les chutes de Quedas Sas Aguas.

 

Mardi 19 septembre,

nous avons quitté avec regret nos cascades et reprenons la route sans vraiment de but précis aujourd'hui...Donc quand nous verrons un endroit sympa qui nous plaise, nous nous y arrêterons.

 

Après avoir pris de très jolies petites routes pour aller au Parque Das Emas , nous avons traversé des champs de coton qui venaient d'être récolté.

En arrivant au parc, nous avons été un peu déçu : le gardien visiblement un peu les yeux dans le vague, nous expliqua que pour aller au bord de la rivière, il nous faut prendre un guide qui faut payer 190R$ pour l'aller et idem pour le retour...En plus les installations où il nous a mis sont plus que sommaires ...Mais en récompense, nous sommes seuls ici, sous un ciel magique.

Demain nous  prendrons un guide pour nous balader dans le parc, même si nous aurions préféré découvrir le parc par nous même ici nous n'avons pas le choix...

 

Mercredi 20 septembre,

4 h du matin, ici la nature se réveille très très tôt ! ! !

A 8 h nous partirons avec le guide chercher à voir les animaux...

Jour de l'arnaque, nous étions ce matin dans le parc des Emas et la veille au soir nous étions d'accord avec un guide pour une balade de 10h dans le parc pour 60€, mais déjà en arrivant ce n’était plus 60 mais 70€ et encore il a fallut se fâcher car il en demandait beaucoup plus !

Le peu d'animaux que nous avons, c'est nous qui lui avons montré et de 10 heures nous sommes passé à 3 heures en tout de balade...

Je pense que malgré la barrière de la langue, il a bien compris  ce que nous pensions de  ces pratiques ; de toutes évidences il était de connivences avec le gardien du parc...

A midi, nous avons plié le camps en leur promettant de signaler leurs abus au ministère du tourisme et nous avons repris la route sur une piste de terre rouge.

Roulante au début cette piste à travers champs se termine un peu plus trialisante à tel point que nous avons cassé une attache capot moteur et une cosse de batterie que nous avons pu faire réparer dans le village de Alto Araquaïa.

Nos mécaniciens du jour

*******

Demain, nous restons dans la région pour voir les chutes d'eau.

*******

 

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

*******

Le coton

Culture traditionnelle très ancienne : 3500 ans avant JC (en Inde et en Égypte notamment )

c'est au 18ème siècle, qu'a lieu la révolution industrielle.

Les industries textiles se développent avec le coton produit aux USA et en Inde. En 1834, les USA sont le premier exportateur mondial grâce au travail des esclaves. En 1850, des grèves en Inde et la guerre de sécession aux États-Unis provoquent une forte augmentation des prix. L'Europe se tourne donc vers ses colonies (Afrique centrale) En 1960, développement de la culture du coton en Afrique de l’ouest.

En croissante au début du XIXe , la production de coton brésilien depuis le début des années 90 n’a cessé de croître c'est ainsi que le brésil est devenu l'un des principaux pays producteurs de coton-fibre avec  la Chine, l’Inde, les États-Unis, le Pakistan,  l’Australie et l'Ouzbékistan.


Sur le plan écologique, les progrès de l'agriculture sont liés à une forte déforestation, en particulier en Amazonie et dans le Mato Grosso (plus de 38 % du territoire de cet État en 2007, soit plus de 348 000 km213.
Le Brésil consomme 800 000 t de fibres par an, et exporte le reste .

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

Jeudi 21 septembre

.Journée surprise...Ma mère va m'engueuler, car aujourd'hui nous étions les stars de Alto Araguaia et nous avons été photographié et filmé mais j'avais un tee-shirt déchiré avec des tâches de cambouis  ; quelle image, vais-je encore donner !

L'histoire commence ainsi:

Hier soir nous dînions avec un responsable du tourisme de la préfecture de la ville.  Erasmo, un homme charmant qui nous a pris en charge toute la matinée pour nous faire découvrir sa ville et sa région.  Nous étions accompagné aussi par une photographe de la préfecture et avons visité une exploitation agricole, puis une impressionnante cascade ; une Foz d'Iguaçu en plus petite mais terriblement belle et encore sauvage car très difficile d'accès.

En fin de matinée, nous avons été reçu par Gustavo le patron de la propriété  Uvas Araguaia, un producteur de vin, d'huile, de miel et divers jus. il nous a fait la visite de ses installations. Ici les méthodes sont bien différentes de chez nous puisqu'il  y a 2 vendanges par an.

Une journée donc d'imprévues comme on les aime et pleines de belles rencontres.

Nous ne savons pas encore où nous irons demain.

Si vous venez dans la région d'Alto Araguaia, n'hésitez pas à contacter Erasmo au +5566984570361 ( whatsapp) il prendra soin de vous.

 

 

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

Vendredi 21 septembre

7 h ce matin, nous décidons de changer de direction et d'aller plein Ouest en direction du Pantanal Nord, que nous avions traversé l'année dernière et qui nous avait tellement enthousiasmé.

Cela fait un énorme détour, mais nous n'aurons peut être plus du tout l'occasion de revoir des Capivaras et des Jaribus et pourquoi pas le fameux Jaguar du Pantanal.

La route va être très longue et pénible aujourd'hui avec tous ces énormes camions à doubler. Nous espérons arriver ce soir à Poconé, c'est à dire à l'entrée de la mytique piste transpantanal si riche en faune..

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

Vendredi 22 septembre

Venons d'arriver à Poconé, après une journée épuisante sur cette longue route ; nous avons quitté l'état de Goàs pour revenir au Maton Grosso et trouvé un petit hôtel à l'entrée de la piste.

Et donc une nouvelle fois changé d'heure en reculant nos montres d'une heure...

Nous allons manger un bout , rapidement et fermer les yeux...A nous demain la piste magique.

 

7 h ce matin, nous décidons de changer de direction et d'aller plein Ouest en direction du Pantanal Nord, que nous avions traversé l'année dernière et qui nous avait tellement enthousiasmé.

Cela fait un énorme détour, mais nous n'aurons peut être plus du tout l'occasion de revoir des Capivaras et des Jaribus et pourquoi pas le fameux Jaguar du Pantanal.

La route va être très longue et pénible aujourd'hui avec tous ces énormes camions à doubler. Nous espérons arriver ce soir à Poconé, c'est à dire à l'entrée de la mytique piste transpantanal si riche en faune...

l'entrée de la mytique piste transpantanal

l'entrée de la mytique piste transpantanal

Samedi 23 septembre

Il est 14h30 ici et nous avons entamé la transpantanal ce matin dès 8h00... Que du bonheur, nous avons déjà rencontré une loutre, Jaribus, Capivaras, biches, cerfs, Jacarés et une multitude d'oiseaux et de gros rongeurs ; nous ne pouvons pas tout prendre en photo car nous n'utilisons que nos téléphones pour faire des images et égoïstement nous préférons observer et prendre des photos ensuile mais très souvent les animaux sont craintifs et se défilent... Nous sommes retourné à la même Fanzenda que l'année dernière la Fazenda Santa Tereza. Dans une heure, nous partons pour un tour en barque sur la rivière.

Après une superbe balade sur la rivière cet après midi, nous sommes parti pour une petite balade ce soir à l'affût des félins..

Compte tenu du prix du lodge (hors budget pour nous) nous quitterons ce merveilleux endroit demain midi en remontant tranquillement  pour observer la faune sur la piste. Icoi beaucoup moins de moustiques qu'un Pantanal Nord, septembre est vraiment le meilleur mois  pour venir ici car nous sommes à la fin de la saison sèche et bientôt la pluie va arriver et l'eau va recouvrir une grande partie de ce territoire...

Cet après midi en barque
Cet après midi en barque
Cet après midi en barque
Cet après midi en barque
Cet après midi en barque
Cet après midi en barque
Cet après midi en barque
Cet après midi en barque
Cet après midi en barque
Cet après midi en barque
Cet après midi en barque
Cet après midi en barque
Cet après midi en barque
Cet après midi en barque
Cet après midi en barque
Cet après midi en barque
Cet après midi en barque
Cet après midi en barque
Cet après midi en barque
Cet après midi en barque
Cet après midi en barque
Cet après midi en barque
Cet après midi en barque

Cet après midi en barque

La loutre géante

Espèce emblématique des cours d`eau amazonien, apparue il y a plus de 6 millions d’années,la loutre géante est le plus grand des membres de la famille des mustélidés. Elle arbore un pelage très court dont le coloris varie de brun clair à marron foncé, voire rougeâtre. La densité du poil est telle que l'eau ne peut atteindre l'épiderme. Chaque individu possède une tache blanche ou de couleur crème unique sur le cou, qui est un peu la carte d'identité de l'animal. Cette marque permet de les reconnaître aisément.
 Elle est aujourd’hui le plus grand représentant de la famille des Mustélidés avec son mètre quatre-vingt pour 30 kg et  figure dans le top 4 des plus gros prédateurs d’Amérique du Sud après le caïman noir, le jaguar et le puma.

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Soirée balade à l'affût
Soirée balade à l'affût
Soirée balade à l'affût
Soirée balade à l'affût
Soirée balade à l'affût
Soirée balade à l'affût
Soirée balade à l'affût
Soirée balade à l'affût
Soirée balade à l'affût
Soirée balade à l'affût

Soirée balade à l'affût

Seul représentant du genre Panthera en Amérique, haut de 68 à 76 cm au garrot, il mesure entre 1,12 et 1,85 m de long (sans la queue, comprise entre 45 et 75 cm), et pèse entre 36 et 158 kg ; femelles sont 20 % moins lourdes et légèrement moins grandes que les mâles.

Son pelage jaune, parsemé de rosettes noires tachetées en leur centre (uniques pour chaque individu). Tout comme le tigre, sa fourrure s’éclaircit au niveau la face interne des membres, du ventre, de la gorge et des joues.
C'est de juillet à novembre que l'on peut  observer le jaguar du Pantanal le plus facilement, car c’est la saison sèche et ils sont obligés de s’approcher de la rivière pour trouver de l’eau et chasser.
 Au Pantanal, les éleveurs tuaient les jaguars pour protéger leur bétail, mais aujourd’hui ces félins sont précieux, “un jaguar vivant vaut plus qu’un jaguar mort”. Plusieurs éleveurs sont passés à l’activité d’écotourisme, d’observation des jaguars, conscients que la protection de ces animaux pourra assurer leur futur. Ces félins mythiques représentent une lueur d’espoir dans la préservation de la vie sauvage.

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

dimanche 24  septembre

Si notre voyage est loin d'être terminé, je sais que ce matin nous avons vu le meilleur ...Un moment exceptionnel, voir unique...Car observer dans la même matinée c'est deux animaux aussi rares que discrets que sont les loutres géantes et les jaguars du Pantanal et en plein accouplement fût fantastique.

La loutre qui a l'aire si joueuse et curieuse peut être dangereuse, elle peut attaquer et tuer un jaguar tirica ( comme ceux que nous avons pu observer hier appelé aussi ocelot).

Nous avons pu suivre les ébats amoureux de ces  animaux rares et très difficile à observer pendant 35 minutes ; tant sur l'eau que sur la rive.

Puis faîte incroyable le couple de jaguars à 200 mètres de la Fazenda, c'était la première fois que les employés de la posada en voyaient si près de la Fazenda...Là aussi un moment rare, leur accouplement était particulièrement impressionnant  autant au niveau des images que des cris rauques du mâle.

Une fois remis de nos émotions, nous avons repris la route , prochaine destination Goiàs où nous devrions arriver mardi tard dans la soirée. Mais avant pour demain j'ai des petites soudures à faire sur le camion, car il a un peut souffert sur la piste.

Et si ces 2 prochains jours vont être éprouvants et sans grands intérêt sa valait vraiment le coup de faire ses 1.100 Km supplémentaires....

Trans-sud-América 2017

Lundi 25  septembre

La journée a commencé, ce matin par deux petites soudures sur le 80 et le réglage de la courroie de clim, puis de très longues heures à rouler sur la BR070 avec ces camions chargé de coton et de diverses céréales.

Nous avons terminé notre route après 640 Km, de nuit à Barra Do Garças au bord du Rio Araguaïa et Garças.

Mardi 26  septembre

Nous venons de nous poser à Goiás où j'ai rencontré il y a maintenant 20 ans, mon ami Fernando qui était médecin à l'hôpital.

Nous allons rester une petite semaine, et avons prévu d'aller à la pêche vendredi jusqu'à dimanche à 140 Km d'ici avec Edna, Fernando et leur fils.

Cette petite ville et sa région sont très agréable et vraiment à découvrir.

*******

Mercredi 27 septembre

Journée consacrée à l'équipage.

première pluie depuis notre arrivée sur le continent sud américain, normalement la saison des pluie commence fin octobre ; mais la sècheresse a été tellement forte cette année que les pluies sont les bienvenues surtout pour l'agriculture, le bétail et la production d'électricité du pays.

*******

Jeudi 28 septembre

Aujourd'hui, après vérification de la voiture rien de particulier à signaler, si ce n'est que je n'ai pas trouvé de garage avec un pont suffisamment costaud pour lever le vieux 80 ; il me faudra prévoir une vraie révision pour vérifier les serrages de dessous quand nous arriverons sur les grandes villes au bord de l'Atlantique.

La pluie a cessé et nous avons 34°, nous en avons profité pour faire une petite balade dans les vieilles rues de Goiàs et ce soir nous retrouverons Fernando.

 

*******

Goiás
Goiás
Goiás
Goiás
Goiás
Goiás
Goiás
Goiás
Goiás
Goiás
Goiás
Goiás
Goiás
Goiás

Goiás

Les origines de la ville de Goiás sont étroitement liées à l'histoire des expéditions plus ou moins officielles (Bandeiras), parties de São Paulo pour explorer l'intérieur du territoire du Brésil. Ce fut le premier noyau urbain officiellement reconnu, la première municipalité fondée  à  l'ouest de la ligne de démarcation du traité de Tordesillas qui délimitait les possessions portugaises.

Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO  en 2001 pour son architecture baroque particulière, ses traditions culturelles séculaires et  la nature exubérante de la région.

La ville de Goiás avec ses 26 705 habitants et son arrière-pays présentent une riche tradition culturelle qui comprend non seulement les techniques d’architecture et de construction, mais aussi  la musique, la poésie, la gastronomie et des événements populaires. Beaucoup de ces traditions se perpétuent et forment une part importante de l'identité culturelle de Goiás.

*******

Vendredi 29  septembre

Bien jolie soirée hier, nous avons diné avec Edna, Fernando, leur fils cadet et son épouse.

Ce matin, départ pour 2 heures de route pour un weekend au bord de la rivière...

Nous sommes à Aruana au bord du fleuve à 140 km de Goiàs.

Voilà, nous rentrons bredouilles de notre première journée de pêche, Marcelo nous a préparé un super barbecue sur la barque et ce soir c'est dîner dans un restaurant tout près de notre hôtel...Elle est pas belle la vie....

 

*******

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

Samedi 29 septembre

Deuxième journée de pêche...Ou plutôt de balade en bateau ...

Un proverbe brésilien que j'ai inventé dit :" Un brésilien est meilleur avec un ballon au bout du pied qu'avec un appât au bout de la ligne"....

Nous rentrons comme prévu demain à Goiàs.

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

Lundi 2 octobre

Nous sommes rentrés à Goiàs hier midi et avons quitté Edna et fernando après le déjeuner. L'après midi a  été consacré au petit bricolage sur le camion.Aujourd'hui repos et ravitaillement en eau et nourriture , nous reprendrons la route demain ou mercredi en direction de Chapada Dos Veadeiros.

C'est  un super site à environ 700 Km de Goiàs mais beaucoup moins connu que Chapada Diamantina  et cependant aussi joli.

Mais pour l'heure nous profitons encore de Goiàs.

Un grand merci à Edna et Fernando pour leur accueil et le temps qu'ils nous ont consacré.

Mardi 3 octobre

Et voilà fini les vacances à Goiàs , ce matin nous avons repris la route et après avoir traversé Brasilia avec ses embouteillages ; nous sommes arrivés ce soir à Formosa.

400Km de bonnes routes sous un ciel couvert, si la pluie ne cesse pas , il nous sera impossible de prendre les pistes de la Chapada où nous arriverons demain par la petite ville d'Alto Paraiso sur la BR 20.

Parc National da Chapada dos Veadeiros

Situé à 260 km au nord de Brasilia, le Parc National da Chapada dos Veadeiros est classé  au patrimoine mondial de l' UNESCO, remarquablement préservé le « Cerrado » (savane) est la végétation prédominante du site avec des arbustes, des broussailles et des palmiers. Plusieurs espèces d’animaux peuvent être rencontrées comme le tamanoir, le tatou jaune, le capivara et plus de 800 espèces d’oiseaux.  

La meilleure saison pour visiter le Parc da Chapada dos Veadeiros s’étend d’avril à octobre.
 circuits des canyons, la Vallée de la Lune, circuit des cascades et piscines naturelles, observation d’animaux (aras, capibaras, toucans, fourmilier, loup à crinière …).

Mercredi 4 octobre

3 heures de route ce matin, et nous voilà à la Chapada Dos Veadeiros ; nous avons visité les chutes Cachoeria Sao Bento, comme nous sommes en fin de saison sèche le débit des cascades n'est pas très important mais les paysages sont magnifiques.

Heureusement pas de pluie ici, donc les pistes restent praticables. La majorité des sentiers de randonnées sont réservés à des marcheurs expérimentés et se font sur plusieurs jours avec un guide, donc pas pour nous . Ce soir nous avons soupé au village de Alto Paraiso où nous dormons.

Beaucoup de "baba cool vivent dans la région, c'est une région remplie de spiritualité et d'énergie en tout genre.

Nous reprenons la route demain plein nord...

Cachoeria Sao Bento
Cachoeria Sao Bento
Cachoeria Sao Bento
Cachoeria Sao Bento
Cachoeria Sao Bento
Cachoeria Sao Bento
Cachoeria Sao Bento
Cachoeria Sao Bento
Cachoeria Sao Bento
Cachoeria Sao Bento
Cachoeria Sao Bento
Cachoeria Sao Bento
Cachoeria Sao Bento
Cachoeria Sao Bento
Cachoeria Sao Bento

Cachoeria Sao Bento

Jeudi 5 octobre

Nous devions reprendre la route ce matin, mais une méchante migraine nous bloque à Alto Paraiso.

Nous nous sommes installés dans un petit chalet en bois pour y dormir et faisons la cuisine au camion ; aujourd'hui  au menu ce sera saucisses pâtes...

L'endroit est superbe pour se reposer.

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

Vendredi 6 octobre

après un massage énergisant hier,

nous avons repris la route ce matin

en direction de Barriras au nord

à 470 Km soit environ 7h30 de route...

 

 

 

Superbe route aujourd'hui, nous avons commencé par traverser un paysage de terre rouge digne du bush australien  ; puis l'Afrique avec ses montagnes recouvertes d'une épaisse forêt pour terminer par les steppes de Russie.

Le Tocantins est un  état qui souffre terriblement de la sècheresse , les dernières pluies datent d'avril et les prochaines ne sont pas attendus avant novembre...

Impossible ici de bivouaquer, nous sommes ce soir à Barreira ; ville sans grand intérêt si ce n'est un concessionnaire Toyota. Nous en avons profité pour jeter un coup d’œil aux serrages et recharger la clim, ainsi qu' un graissage complet de la transmission le tout gratis une fois de plus ! Sa donne vraiment envie d'être client Toyota non ?

Demain, encore une longue route au programme mais cette fois-ci chargée de ces camions très difficiles à doubler en espérant une fin de journée par les pistes du parc Chapada de Diamantina.

Ce qu'ils vont voir...

Un petit aparté réaliste de la vie au Chapada Diamantina, même si comme moi vous ne comprenez pas le brésilien certaines images parlent d'elle même....

Séquence au delà des cartes postales que nous offre Lionel avec  le raid...

Annidée

Ce qu'ils ne verront peut être pas..

Vendredi 6 octobre

Superbe route aujourd'hui, nous avons commencé par traverser un paysage de terre rouge digne du bush australien  ; puis l'Afrique avec ses montagnes recouvertes d'une épaisse forêt pour terminer par les steppes de Russie.

Le Tocantins est un  état qui souffre terriblement de la sècheresse , les dernières pluies datent d'avril et les prochaines ne sont pas attendus avant novembre...

Impossible ici de bivouaquer, nous sommes ce soir à Barreira ; ville sans grand intérêt si ce n'est un concessionnaire Toyota. Nous en avons profité pour jeter un coup d’œil aux serrages et recharger la clim, ainsi qu' un graissage complet de la transmission le tout gratis une fois de plus ! Sa donne vraiment envie d'être client Toyota non ?

Demain, encore une longue route au programme mais cette fois-ci chargée de ces camions très difficiles à doubler en espérant une fin de journée par les pistes du parc Chapada de Diamantina.

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

Samedi 7 octobre

Longue journée de route, parfois pénible voir dangereuse, récompensée par l'arrivée en fin de journée à la Chapada Diamantina. après quelques courses au magnifique village de Palmeiras (ici en photos) nous avons pris la piste jusque Caete Açu ; c'est là que nous dormirons ce soir.

*******

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

Dimanche 8 octobre

Balade sur la piste dans la Chapada, superbes paysages, mais pas vu de cascades sur notre chemin...Nous sommes allés ensuite jusqu'au très joli village de Lençois, mais très touristique  nous avons préféré Palmeiras hier.

Ensuite, nous avons repris cette route infernale avec son lot de camions et après avoir évité quelques face à face nous sommes ce soir à Féria de Santana...

Demain, nous remontons plein nord, car nous avons choisi de ne pas aller à Salvador de Bahia pour plutôt aller voir le canyon de San Franscico.

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

Lundi 9 octobre

Ce matin, il nous a fallut  5h30 pour faire les 200 premiers kilomètres...

Les forts en math feront la moyenne !

Pour les prochains jours, nous devrions avoir terminé le calvaire des camions.

Cette journée s'est terminé cependant par une superbe piste à Canindé Sao Franscico. ; nous sommes arrivés de nuit, mais demain promet d'être grandiose car nous allons visiter le canyon de San Franscico en bateau ; il est paraît il, l'un des plus grands de toute l'amérique.

Nous allons nous poser ici pour 2 nuits, histoire de profiter de ces lieux pas encore trop envahis par les hordes de touristes.

*******

Mardi 10 octobre

Journée sans voiture, avec balade sur l'eau de 3 heures en bateau au grand canyon sur le fleuve Sao Franscico. Le paysage etait superbe mais pour moi moins grandiose que le grand canyon des États unis.

Une fin de journée avec un petit tour chez le dentiste( rien de grave) et ensuite le plein de courses ; demain nous prenons la direction de l'atlantique.

*******

Mercredi 11 octobre

Ça y est.... Nous sommes enfin au bord de l'océan Atlantique.

 

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

Mercredi 11 octobre

Ça y est.... Nous sommes enfin au bord de l'océan Atlantique.

 

Ce matin, nous avons commencé par longer le rio Sao Franscico sur une petite route et visité ce midi le superbe village de Peneto qui domine l'estuaire du Rio San Franscico ; puis nous avons emprunté la route du bord de mer qui traverse les cocoteraies pour finir par une piste, ce qui ne fût pas vraiment une bonne idée car difficile de trouver un endroit pour bivouaquer lorsque l'on ne voit plus grand chose.

De plus nous sommes dans une des régions du brésil qui n'est pas la plus sûre ! Il va nous falloir faire très attention au lieu où nous dormirons, que ne se soit  dans des endroits reculés où personne ne nous verra !!!

Aujourd'hui encore du beau temps, pourvu que cela dure, nous sommes ce soir à environ 70Km au sud de Maceio.

Trans-sud-América 2017
Círio de Nazaré à Belém

une des plus grandes fêtes catholiques du monde, qui rassemble jusqu’à 2 millions de personnes !
Le premier jour est le plus important. La Vierge, aux traits indigènes, est transférée en grande procession de la cathédrale (da Sé) à la basilique Nossa Senhora de Nazaré.
Puis, presque chaque jour, les Belémois et habitants de la région (voire du pays tout entier) viennent honorer la Vierge et, le soir, se recueillir à l’occasion de grandes messes. Sur le parvis et les places des des alentours, bals et fêtes foraines battent leur plein.

Célébré depuis 1793 en hommage à Nossa Senhora de Nazaré cette fête commémore la découverte, en 1700, d'une statue de Marie par un habitant de Bélem. Selon la légende, l'homme aurait rapporté chez lui la statue, qui aurait ensuite disparu pour revenir là où il l'avait trouvée.

Après plusieurs événements similaires, une basilique fut érigée à l'emplacement de la statue et la fête religieuse correspondante a été instituée en 1793.

Jeudi 12 octobre

Nous sommes ce soir à la plage de Barra de San Antonio à quelques kilomètres au nord de Marceio.

La route de bord de mer est magnifique, sur notre droite l'océan et sur notre gauche les cocotiers...Seul inconvénient: du monde partout ; car ce jour est férié au brésil et pour tout le weekend. Ce sera plus calme à partir de lundi.

Ce fût encore une belle journée ensoleillée, mais avec de la pluie cette nuit qui rend les pistes un peu grasses mais pour le moment tout est sous contrôle...

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

vendredi 13 octobre

Notre journée a commencé par une piste très cassante et pas très sympa pour la conduite qui nous a mené à des paysages de rêves sur des routes  vallonnées au milieu d'immenses champs de cannes à sucre d'un vert incroyable. Après un déjeuné en bord de plage, nous avons demandé l'autorisation à un propriétaire d'une parcelle d'y passer la nuit ce qu'il a accepté.

Nous sommes à 100 Km environ au sud de Recife , bivouac de rêve sous les cocotiers dans ce petit  coin de plage par un temps agréable avec juste quelques gouttes de pluie au moment du diner...

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

Samedi 14 octobre

Difficile de circuler avec tout ce monde sur les plages et dans les villages en bordure de l'océan.

En remontant en direction de Récife, nous avons rencontré un jeune couple de Brésiliens qui voyage dans tout le pays avec un fourgon aménagé ; ils nous ont indiqué un bel endroit pour se poser, une posada  en bord de plage  plus au sud donc demi tour et nous voilà partis à la recherche de ce petit paradis que nous avons eu quelques difficultés  à trouver faute d'indication et lorsque nous avons vu les prix nous avons eu peur.....Mais le patron, un homme charmant , nous offre la chambre pour cette nuit et un super prix pour demain  pour un bungalow sur la plage en demi pension.

Endroit digne des cartes postales, nous sommes à 5 Km au sud de Japaratinga.

Aujourd'hui, nous avons dû prendre un bac pour notre balade...Toujours aussi sympathique de  traverser les rivières sur ces embarcations hors d'âge...

 

Balade en bac
Balade en bac
Balade en bac
Balade en bac
Balade en bac
Balade en bac
Balade en bac
Balade en bac

Balade en bac

Samedi 14 octobre

Difficile de circuler avec tout ce monde sur les plages et dans les villages en bordure de l'océan.

En remontant en direction de Récife, nous avons rencontré un jeune couple de Brésiliens qui voyage dans tout le pays avec un fourgon aménagé ; ils nous ont indiqué un bel endroit pour se poser, une posada  en bord de plage  plus au sud donc demi tour et nous voilà partis à la recherche de ce petit paradis que nous avons eu quelques difficultés  à trouver faute d'indication et lorsque nous avons vu les prix nous avons eu peur.....Mais le patron, un homme charmant , nous offre la chambre pour cette nuit et un super prix pour demain  pour un bungalow sur la plage en demi pension.

Endroit digne des cartes postales, nous sommes à 5 Km au sud de Japaratinga.

Aujourd'hui, nous avons dû prendre un bac pour notre balade...Toujours aussi sympathique de  traverser les rivières sur ces embarcations hors d'âge...

*******

 

Lundi 16 octobre

Nous sommes toujours sur notre bout de plage, aujourd'hui un peu de bricolage sur le camion, puis massage, lessive et cure de poissons sont au programme.

Le temps est toujours splendide, l'équipage et le Toyota sont en forme et demain sera notre dernier jour de farniente.

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

Mardi 17 octobre

Dernier journée de repos, pas de ravitaillement à faire, ni bricolage sur le camion, ni bivouac à chercher....Journée  vacance...Demain direction Récife puis Olinda.

Nous sommes toujours sur notre bout de plage, aujourd'hui un peu de bricolage sur le camion, puis massage, lessive et cure de poissons sont au programme.

Le temps est toujours splendide, l'équipage et le Toyota sont en forme et demain sera notre dernier jour de farniente.

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

Recife,

fourmilière incessante, pleine de vie, et de bruit,  cette ville est malheureusement réputés pour sa violence et est même fortement déconseillée aux touristes ,entre les attaques de requins au abords des plages et  ses marchés où  les pickpockets  sévissent  sa réputation ne serait  pas injustifiée

Cependant  comme toute grande ville brésilienne elle est aussi connue pour son  carnaval réputé un des plus authentique du pays avec celui  d'Olinda.  ainsi que pour son centre historique - Recife antigo - qui est peu à peu rénové et recèle d'endroits tout à fait intéressants,  de la Praça da Republica, à la rua da Aurora,  ainsi que la plus ancienne synagogue du nouveau monde .

Olinda,

fondée au XVIe siècle par les Portugais Duarte Coelho son histoire est liée à l’industrie de la canne à sucre ;   l’essentiel de son tissu urbain date du XVIIIe siècle. L’équilibre préservé depuis entre les bâtiments, les jardins, les vingt églises baroques, les couvents et les nombreuses petites chapelles (« passos ») lui donne une ambiance toute particulière.

En 1860, Emmanuel Liais, astronome français, passionné de Mars et tombé amoureux des rondeurs "olidenses", avait installé son observatoire sur l'Alto da Sé. Il y découvrit une comète, la première jamais officiellement observée au Brésil, qu'il baptisa comète Olinda .

Classée, en 1982, au patrimoine mondial de l'Humanité par l' UNESCO, Olinda revit sa splendeur passée chaque année durant son carnaval.

 

 

Mercredi 18 octobre

Nous quittons ce coin de paradis à regret. Posada doze cabanas,  vraiment une adresse à découvrir à pris raisonnable, à 5 Km de Japaratinga. Fred, homme charmant, le propriétaire brésilien  est de plus un passionné de Surf.

Nous avons donc repris la route au milieu des champs de cannes à sucre et avons traversé Recife, grande ville moderne avec d'énormes embouteillages.

Cet après-midi, nous nous sommes posé pour la nuit à Olinda une très jolie ville que nous avons visité. Ce soir le ciel est chargé mais sans pluie.

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

Jeudi 19 octobre

Départ ce matin pour Ilha Itamaraca, superbe petite île reliée par un pont au continent et encore préservée du tourisme ... Ici beaucoup trop de moustiques et beaucoup trop dangereux de bivouaquer en bord de plage, donc vers 15h00 nous avons repris la route direction un joyau du Brésil :Praia do pipa .

Malheureusement nous sommes arrivés de nuit, ce qui est interdit dans notre règlement intérieur du parfait raideur et donc nous avons pas mal galéré pour trouver une posada...Mais le résultat  est top, nous campons au bord de l'océan et après avoir monté le bivouac pour la nuit, nous avons pu faire une petite balade dans le village de Pipa.

ce soir nous nous endormons avec un peu de vent et sous la pluie et demain nous découvrirons la plage de jour.

Trans-sud-América 2017Trans-sud-América 2017

Vendredi 20 octobre

Notre nouveau compagnon de voyage,

quand je pense

que je n'ai pris que 2 paires de chaussettes

pour économiser la place et le poids

dans les malles de l'auto.....

 

Nous avons quitté notre campement en haut de la falaise de Prai de pipa en fin de matinée, pour nous rendre 180 Km plus loin au nord à Genipabu où nous avons pris livraison d'une statuette de bois remplie d'une substance poudreuse blanche pour monsieur Jean-claude Mathieu dont le service des douanes trouvera l'adresse sur le net et nous avons fait la connaissance d'une belle personne  Christian, français expatrié au Brésil depuis 30 ans.

C'est notre première journée de pluie depuis le début de cette seconde partie du raid, heureusement un rayon de soleil a brillé en fin de journée.

Demain, nous visiterons le village de Genipabu et ses grandes dunes.

 

 

Samedi 21 octobre

Aujourd'hui promenade tranquille à Genipabu et ses dunes avec Christian.

nous reprendrons la route demain matin...

 

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

Dimanche 22 octobre

Nous sommes passés ce matin faire la connaissance de la jolie famille de Christian, puis direction Natal pour le ravitaillement et pour retirer des réals*.

Christian nous a prêté une villa en bord de mer à Maracajau, que nous avons atteint par un piste sablonneuse sans nous enliser ; le coin est totalement désert et la maison est superbe, parfait pour y dormir ce soir.

Le temps est très agréable aujourd'hui avec les alizés de l'Atlantique ; demain nous remonterons le long de la côte plus au nord...

Encore merci à Christian pour sa gentillesse et tous ses bons conseils

*******

*Le réal brésilien  est la monnaie du Brésil depuis 1994 ,  1 EUR = 3,75 BRL

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

Lundi 23 octobre

Nous avons commencé notre journée par une piste de sable et nous la terminons également dans le sable ; aujourd'hui grand ciel bleu avec une température d'environ 30 degrés ; la route à été facile et agréable, 450 Km pour arriver au village de Praïa do Canto Verde...Juste quelques maisons posées sur le sable au bord de l'océan. Peu d'hébergement et trop de vent en bord de mer pour bivouaquer mais nous avons trouvé une petite posada. Dans le village très peu d'électricité et aucune douche chaude.... Nous avons l'impression d'être au bout du monde.

Mardi 24 octobre

Après un gros contrôle sur l'auto, nous quittons à regret Praia do Canto Verde si particulier, le village est attaqué par l'océan.

Nous commençons ce matin, notre longue remontée par la route des terres Belèm; si tout va bien, j'espère y arriver dans 4 jours.

1800 Km d'une route abimée et dangereuse où parfois il y a encore des attaques sur la route, il nous sera donc impossible de bivouaquer...Mais au bout de la route la récompense...Belèm avec voyage sur le fleuve Amazone pendant 2 à 3 jours avec la voiture si nous arrivons à trouver une barge qui prend camions et chauffeurs ou un bateau qui embarque passagers et voitures pour nous amener à Macapa. Si l'on ne trouve pas, il nous faudra faire 1800 KM pour prendre un bateau à Santarèm....

Allez, quittons à regret cette côte magique pour retrouver les routes défoncées et les camions impossible à doubler ; mais une balade sur l'Amazone ça se mérite....

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

Mardi 24 octobre


Après avoir roulé environ 450 Km, route a été assez agréable avec quelques cols de montagnes à franchir ; plus nous montons, plus le paysage devient tropical.

Nous sommes ce soir à Tianguä, à 3 degrés sud de l'équateur que nous devrions franchir dans quelques jours sur l'Amazone.

Mercredi 25 octobre


Après  540 Km,  nous sommes ce soir à balcabal sur la BR 316 ; la première partie de la route fût tranquille mais la seconde c'était plus de camions sur une  route défoncée avec cratère au milieu de la chaussée avec goudron déformé qui emmène  parfois la voiture là où l'on ne veut pas.  Encore deux avant d'atteindre Belèm .

Aujourd'hui 42 degrés  dans les villages que nous avons traversé...

Trans-sud-América 2017

Belém : prononcez bélééééém

Fondée en 1616 par les Portugais, elle doit son importance commerciale dès la fin  du XIXe siècle à la production de latex qui fit sa richesse. Principal port du cours inférieur du fleuve Amazone, la ville est accessible aux navires de haute mer et une base navale y est installée. Parmi ses productions figurent les noix, le cacao, le jute et le bois. La ville possède des scieries, des ateliers d'usinage, des chantiers navals, des manufactures de tuiles et de briques, ainsi que des savonneries.

Situé juste sous l'équateur , la ville est située approximativement à dix mètres au-dessus du niveau de la mer. Le plan de la ville obéit à un schéma quadrangulaire, très fréquent dans les villes d'origine portugaise.

Ville coloniale d'environ 1,5 million habitants, c' est la capitale de l'état de Pará.

Belém est aussi l'une des villes les plus séduisantes d'Amérique du Sud, avec ses nombreux jardins publics et ses jolies rues pavées, dont beaucoup mènent jusqu'aux abords de la jungle. ainsi que ses grands boulevards bordés de manguiers géants.et son centre culturel de la région nord du Brésil,

Belém accueille l'université fédérale de Pará et le musée Goeldi, qui abrite de précieuses collections ethnologiques et zoologiques.

Reliée par la route à Brasíllia et aux États de Piauí et de Goías, l'immense forêt équatoriale ne dispose cependant pas d'un réseau suffisant de routes et de pistes, ce qui oblige la majeure partie des déplacements de personnes ou de marchandises à se faire par la voie fluviale, et donc de passer par Belém.

*******

Trans-sud-América 2017

Jeudi 26 octobre

Nous devions dormir encore une nuit sur la route, mais nous avons préféré terminer ce soir  afin de trouver un bateau qui nous amènera à Macapa.

Nous sommes donc arrivés tard ce soir à Belèm, mais ici pas vraiment d'horaires affichés et ceux qui le sont ne veulent pas dire grand chose !

Pour le moment nous n'avons vu que d'énormes embouteillages et il fait toujours très chaud. Dès demain, nous ferons les différentes compagnies en espérant pouvoir embarquer lundi.

Samedi 28 octobre

La saisons des pluies s'installe, nous avons été trempé plus d'une fois...

Hier vendredi, nous avons cherché un bateau pour rejoindre Macapa sans succès ; nous sommes donc bloqués à Belèm pour le moment.

Le problème étant pour embarquer sur un bateau passagers  la hauteur de la voiture, nous verrons donc lundi avec les autres compagnies qui transportent les camions.

Nous en  profitons pour faire les courses et aller chez le  coiffeur.

 

dimanche 29 octobre

Aujourd'hui, nous sommes allés déjeuner dans le nouveau quartier des docks où ont été aménagé en lieu de vie d'anciens hangars.

En fin de journée, nous avons entendu de la musique et en curieux nous sommes allés voir...C'était la Gay Pride de Belèm, Tinou a sorti son télephone pour prendre quelques photos de cette impressionnante foule et là un papy nous a pris par le bras et nous a dit de vite vite le cacher , les agressions étant très fréquente ! Il nous a fait monter chez lui pour assister en toute sécurité au défilé.

Demain soir, nous saurons si nous pouvons enfin quitter Belèm , si nous trouvons un bateau pour embarquer avec l'auto...

lundi 30 octobre

Direct new: nous allons embarquer ce soir, mais dans des conditions très "Rock and Roll"...

L"aventure, la vraie,  comme on les aime...

On vous raconte cela très bientôt.

Mardi 31 octobre

16 h00, c'est l'heure de dîner car la nuit tombe à 17h30 ici ; nous nous rapprochons des berges du fleuve et passons souvent à moins de 50 mètres des maisons généralement habitées par des natifs (indiens). Beaucoup de trafics sur ces barges ; les gens arrivent en pirogue et accostent pour faire leur commerce avec les chauffeurs.

Une traversée rudimentaire mais quel spectacle...C'est assez incroyable de voir qu'il y a autant de gens qui vivent sur ces fleuves, souvent dans une grande précarité, ils n'ont ni eau potable, ni électricité et trop souvent les poissons sont intoxiqués et il y a très peu de gibier, la plus part vivant sur des îlots au milieu du fleuve...

Mercredi 1 novembre

Grosse pluie cette nuit, heureusement que notre toit était bien étanche...Nous nous réveillons sur notre barge avec un très beau soleil : les paysages sont splendides.

il est  midi et nous n'allons pas tarder à débarquer à Macapa, ensuite nous devrions rejoindre la Guyane par la seule poste qui existe la fameuse Br156, qui devient totalement impraticable par temps de pluie pendant plusieurs jours, ce sera la partie la plus difficile de cette seconde partie de cette belle aventure.

Il est 13h et nous aurions dû débarquer depuis plus d'une heure mais la marée est trop basse pour faire sortir de la barge les camions ; il fait 42 degrès sur cette barge d'acier en plein soleil, Personne ne s'impatiente... c'est le Brésil ...

 

 

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

Mercredi 1 novembre

Nous avons quitté notre  barge en début d'après midi et avons passé la ligne de l'équateur donc nous sommes revenus dans l'hémisphère nord.

Nous entamons la fameuse BR 156 sous le déluge, après avoir roulé 370 Km, nous nous sommes arrêtés dans le village de Calçeone pour y passer la nuit à l'abri.

Demain, si le temps le permet nous reprendrons la piste, et vu ce qu'il tombe en ce moment dans la région ça va être du sport...

Jeudi 2 novembre

Direct live: 9h00, nous avons laissé un peu sécher la piste et nous attaquons la grande aventure entre 2 averses...

Dans cette première édition du raid ( que vous pouvez retrouver sur la page), nous avions évoqué l'histoire de ce pont et ses interminables travaux, et bonne nouvelle après avoir été encore reculé son ouverture a bien eu lieu cette année, ils pourront donc l'emprunter demain, (j'espère que nous aurons des photos)

Annidée

Le pont de l'Oyapock inauguré et officiellement ouvert à la circulation

Après des années d'attente, le pont de l'Oyapock a été inaugué ce 18 mars. Le préfet de Guyane, Martin Jaeger et le gouverneur de l'Amapa Waldez Goes ont coupé les rubans français et brésilien au milieu du pont. Un acte symbolique pour une nouvelle ère d'échanges entre la France et le Brésil.

*******

Ça y est, nous sommes arrivés la frontière au village de l'Oiapoque, juste en  face c'est la Guyane.

Autant cette piste peut être un enfer, autant elle peut être sublime comme aujourd'hui !

Elle nous a permis de traverser le coeur de la forêt amazonienne, de découvrir ces hameaux de quelques maisons, d'enjamber de magnifiques rivières et d'entendre ces bruits si particuliers de la forêt quand nous coupions le moteur bien sur...

Après une grosse inspection, ce soir rien à signaler sur l'auto.

La police brésilienne nous a rappelé que vu  la dangerosité de cette route dû à ses nombreuses attaques, nous ne devions en aucun cas nous arrêter .

Ce soir, dernière caipirinha...Sniff, nous quittons le Brésil avec grand regret...Un pays où il faut prendre le temps pour l'apprécier et le comprendre de le visiter.

Demain, nous attaquerons les formalités administratives pour sortir du Brésil, puis si tout va bien, nous aurons la chance d'emprunter  le nouveau pont pour retourner en territoire guyanais en espérant dormir demain soir à Cayenne.

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

Vendredi 3 novembre

Après avoir fait les démarches administratives nécessaires côté brésilien, nous avons pu franchir l 'Oyapoque sur le fameux pont qui relient les 2 pays ; nous avons roulé ensuite sans souci sur cette magnifique route la N2, jusque Cayenne.

A Cayenne, achat chez un chinois ( épicier local) de grosses valises pour vider le camion de nos effets personnels.

Ici pour le moment toujours grand soleil, nous dormons ce soir à la chaumière l'hôtel de Matoury, où nous étions  au départ du raid en septembre 2016 à notre arrivée en Guyane.

Nous déposons la voiture mardi matin, chez le transitaire CTS Guyane, en attendant demain nous attaquons le rangement et le nettoyage du 4X4.

 

Samedi 4 novembre

Après une grosse journée de nettoyage du camion qu'il fallait préparer pour son long voyage de retour en container, nous avons dîné en bord de mer à coté de Cayenne à l'Oasis ; un restaurant typique bien connu.

Dimanche 5 novembre

Nous sommes partis dans le sud du département pour déjeuner au bord du fleuve l'Approuage, un endroit magnifique au milieu de la forêt guyanaise  sous une pluie tropicale, puis passage par le village de Regina à 120 Km de Cayenne.

Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017
Trans-sud-América 2017

Et bien voilà, notre balade sud américaine est terminée, la voiture est depuis hier dans le container ; comme à l'aller nous sommes passés par CTS Guyane et tout c'est bien passé.


Nous la récupérerons en Bretagne à Montoir, en espérant ne pas la retrouver vandalisée...

Sommes à Cayenne jusque samedi où nous prendrons notre vol de retour pour la métropole.

Pour cette deuxième partie, nous avons parcouru 14.000 Km, consommé 1.833 litres de gasoil à un prix moyen de 1.08€... Soit un total pour tout le raid de 37.000 Km avec 4.666 litres de gasoil.

à noter, que nous n'avons connu aucun problème de sécurité et fait de superbes rencontres.

Je voudrais tout particulièrement remercier mon grand ami Fernando pour ses précieux conseils et son aide.

Je suis toujours étonné que le Toy de 576.000 Km soit arrivé au bout sans aucun gros soucis, mis à part les petites bricoles, il ne nous a jamais laissé tombé... Sur qu'il va avoir besoin d'une bonne révision pour être en forme pour la prochaine aventure.

Merci à Annidée qui a tenu le blog jour après jour pour vous faire partager notre longue aventure.

j'espère que nous vous avons donné envie à vous aussi de partir.

Si vous avez des questions n'hésitez pas à nous laisser un message, nous essayerons d'y répondre.

On se retrouve bientôt pour une nouvelle aventure.... à très bientôt

Lionel et Tinou

*******

Et oui c'est ici que se termine cette aventure, j'espère que vous avez apprécié tous ces moments partagés que j'ai essayé de vous rendre le plus vivant possible, voici bien des années maintenant que nous travaillons en binôme avec Lionel, moi en France avec les textes, photos et vidéos de Lionel, ma géolocalisation grâce à google map et aussi  le traitement des infos, des vidéos et des photos et lui aux quatre coins de la planète avec son aventure et c'est chaque fois avec grand plaisir.

Annidée

Pour ne rien louper de l'aventure, abonnez-vous

Pour ne rien louper de l'aventure, abonnez-vous

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
F
Suis heureux de constater que vous appréciez ce périple...<br /> Bonne continuation et à la semaine prochaine, à Goias!<br /> Amitiés,<br /> F.
Répondre
A
Merci mon ami, on se voit la semaine prochaine pour vider la rivière de ses poissons avec quelques verres de Caipirinha. Lionel
F
Bonne continuation! À Mato Grosso, ne manquez pas la dégustation des poissons d'eau douce... ils sont magnifiques!!!
Répondre
A
Merci pour vos messages Fernando, qui sont très appréciés.
Thème Magazine -  Hébergé par Overblog